• vendredi, 21 juillet 2017
1,3 milliards de chinois, et moi et moi et moi!

1,3 milliards de chinois, et moi et moi et moi!

Jacques Dutronc chantait en 1966 : 700 millions de chinois, et moi et moi et moi! 49 ans plus tard, il chanterait 1,3 milliards de chinois et moi et moi et moi. Une augmentation de 600 millions d’individus… Que dire… A part que… Ils vont s’arrêter quand???

Bon… il chantait aussi : C’est la vie c’est la vie…

Pour en revenir au voyage, après Beijing, Datong et maintenant le trek que j’ai réalisé avec mon fidèle compagnon dans les plateaux tibétains, j’avais l’intention de continuer à poster un article par endroit visité mais je m’y suis résigné… Donc, afin de quand même vous faire partager mon voyage en Chine, voici les endroits traversés et quelques belles images 🙂

Pingyao

Après Datong, j’ai pris la direction de Pingyao, une petite ville dans la province du Shanxi. La ville en elle-même n’a rien à offrir. Néanmoins, ce qui vaut le coup d’oeil, c’est de se promener dans la cité qui se situe à l’intérieur des remparts de la ville!

Pingyao1

Pingyao machine à coudre

C’est donc là que j’ai posé mon sac le temps d’une journée. Pingyao est une ville très bien préservée de cité chinoise Han et est inscrite au Patrimoine Mondial de l’Humanité de l’UNESCO. Elle possède de très belles constructions dans la vieille ville (à l’intérieur des remparts). Malheureusement, en raison de l’arrivée d’un tourisme de masse, elle a perdue beaucoup de charme en transformant ses ruelles en Disney Land… Comprenez par là que quasiment chaque demeure est maintenant devenue un magasin de souvenirs, une guest house ou encore un restaurant. L’architecture extérieure est bien entendu conservée mais pour vraiment profiter de l’atmosphère que dégage ce lieu historique, il faut s’y promener tard dans la nuit, lorsque tous les bus emportant les hordes de touristes chinois ont disparu.

Pingyao nuit

Pingyao nuit velo

Une journée aura cependant été suffisante pour visiter ce joli lieu.

Xian

Capitale du Shaanxi, Xian compte plus de 8’500’000 habitants. C’est donc en prenant le train depuis Pingyao que je m’y suis rendu. Tout comme Pingyo, Xian possède des remparts sur lesquels il est possible de se promener à pied ou en vélo. Avec Lucie, nous avons opté pour la solution du deux roues et avons fait le tour en un peu plus d’une heure et demi.

Lucie et moi rempart

Comme il est possible de s’en apercevoir sur les photos, la ville est très polluée. Après cela, nous nous sommes promener en ville pour découvrir la Bell Tower et en soirée nous nous sommes rendu à la Grande Pagode de l’Oie Sauvage, où il est possible de contempler la plus grande fontaine d’Asie qui propose chaque soir un spectacle de sons et lumières très harmonieux.

quartier musulman

bell tower

bell tower nuit

fontaine et pagode oie sauvage

fontaine

Armée des soldats en terre cuite

Le must à faire à Xian est sans aucun doute le fameux site de l’armée enterrée des 6000 guerriers et chevaux en terre cuite de l’empereur Qin. Petite parenthèse historique : Ce n’est pas par plaisir que toutes ces statues ont été créées. Il y a 2000 ans, l’empereur Qin s’est fait enterré avec ces milliers de guerriers en terre cuite qui devaient le défendre pour l’éternité!

salle soldats

chevaux et soldats

Elles n’ont été découvertes qu’en 1974 par des paysans qui creusaient un puit. Sur le site, on trouve plusieurs bâtiments qui abritent tous des fouilles. Dans le plus grand d’entre-eux, les archéologues sont toujours entrain de déterrer et restaurer les soldats encore enfouis. Ce qui est impressionnant est que chaque personnage est unique de par ces traits du visage ou sa posture. J’ai par ailleurs trouvé le travail des archéologues vraiment impressionnant car c’est parfois des puzzles de plusieurs milliers de pièces qu’il faut rassembler!

soldats

soldat et cheval

Hua Shan

Vous avez déjà entendu parlé du « chemin le plus dangereux du monde« ? Celui qui est fait de planches en bois vieilles de 700 ans, qui font 30cm de large et qui surplombent le vide? He bien c’est par ici que ça se passe!

….je m’étais dit qu’il fallait être complètement hors de ses pompes pour faire une chose pareille.

Lorsque je me documentais sur les choses à faire en Chine, j’étais tombé par hasard sur ce sentier. Puis, je m’étais dit qu’il fallait être complètement hors de ses pompes pour faire une chose pareille. Puis, fruit du hasard, je me suis retrouvé un beau jour au pied de la montagne où il se situe! Depuis Xian, je prends donc un bus qui m’emmène à 3h de là, au pied du Hua Shan, une des 5 montagnes sacrées de Chine.

escaliers début

Porteur

Je fais le trajet avec deux anglais puis nous commençons de gravir, une à une les quelques 6000 marches d’escalier… oui 6000! Parfois plus que des marches ce sont tout juste des entailles creusées dans la roche! Nous sommes en Chine et comme je vous l’ai déjà dit, le chinois lambda n’aime pas marcher. On lui a donc construit, juste pour lui, un téléphérique qui l’emmène du point A au point B en moins de 2, soit un dénivelé d’environ 1000m. Autant dire : Pas pour moi! 😉 Après avoir emprunté un sentier tout a fait agréable (bien que raide), nous arrivons au pied d’une falaise avec un escalier sculpté dans la roche à 90 degrés.. la « Hundred feet gorge » une chaîne pour se tenir, environ 1m de large, c’est parti!

panneau marche 90°

marches 90°

Que les personnes soufrant de troubles du vertige s’abstiennent… Après 2h de montée, nous arrivons au sommet sud. La vue est à couper le souffle! Le temps est clair et on y voit à 360°!

vue sommet 2

vue sommet 1

Il est ensuite possible de rejoindre les autres sommets au moyen, encore et toujours, de marches d’escalier sculptés dans la roche. C’est fatiguant, très fatiguant, mais tellement beau! On se promène pendant quelques heures et comme mes deux copains british sont également venus ici pour le petit coup d’adrénaline du fameux chemin, nous nous dirigeons vers son départ.

marches raides

marches flanc

Que dire… Lorsqu’on lit, non pas les récits de voyageurs ayant tenté le chemin, mais plutôt des sites internet comme celui-ci : http://bridoz.com/sentier-dangereux-huashan/, ce sentier provoquerait la mort d’une centaine de personnes par année puis on y trouverait une maison de thé au bout. Alors de un, s’il y a des morts c’est parce que certains chinois ne s’attachent pas (et y’en a encore assez toute façon… rhooo 🙂 ) mais je ne sais même pas s’il y en a déjà eu.. De deux, aucune maison de thé ne se trouve au bout, c’est juste un cul de sac.

monde sentier dangereux

Bon après, je le conçois, lorsqu’il faut croiser sur une planche de 30cm, c’est impressionnant! Mais encore une fois, il suffit de faire attention et de prendre son temps. C’est comme une via ferrata voilà. On a deux baudriers, on en détache un, on le rattache puis on détache le second. Le chinois, lui, détache le premier, détache le deuxième, attache le premier suivit de son petit frère. Voilà et on s’étonne qu’il y a des accidents.

Fin sentier dangereux

DCIM100GOPRO

DCIM100GOPRO

Bon c’est pas le tout mais il faut redescendre maintenant! Option 1 : prendre une cabine puis un bus, temps pour ça 30min. Option 2 : redescendre par où on est monté, temps pour ça 1h30. Alleeeezz c’est reparti pour se refaire les 6000 marches du matin! Lorsqu’on est arrivé en bas, on avait les jambes qui tremblaient, vraiment! Hop dans le bus et départ pour Xian.

Voilà après ces quelques jours passés à Xian, me revoilà déjà dans un nouveau train qui m’emmène à Chengdu, royaume des Pandas géants!

Chengdu

Chengdu est la capitale de la province du Sichuan et compte plus de 9 millions d’habitants. L’atmosphère qui y règne est cependant meilleure qu’à Xian. Difficile à expliquer pourquoi… probablement une circulation moins dense et un peu moins de pollution. Je rejoins à nouveau Lucie qui était partie deux jours plus tôt de Xian. Après un petit tour en ville le premier jour, nous nous dirigeons le lendemain au centre de recherche des pandas géants! Le conseil que l’on nous a donné est de ne pas arrivé après 9h car le panda, après son déjeuner, aime dormir… beaucoup! Il est donc préférable d’arriver avant cette heure-là. Soit! On prend un bus qui nous y emmène et arrivons dans un parc quasiment vide. De pandas? Noooon de chinois!! La fête! on se dépêche de se rendre dans les enclos où ils se trouvent. On en voit un de loin, puis de près! Génial! Ils sont tellement….

Panda1

panda5

panda3

On passe ensuite par la maternité 😀

panda6

On a tellement envie de les prendre dans les bras! En continuant dans le parc on arrive vers leurs cousins! Car en plus des pandas géants, on y trouve aussi les pandas roux (qui sont aussi super choux!

panda roux 1

panda roux 2

Bon le paradis des bisounours n’existant que dans la tête des petits enfants, après avoir profité du calme, les voilà enfin… les groupes de touristes chinois… Et là, il y a vraiment des baffes qui se perdent. J’ai encore en tête cet espèce de bougredin de chinois entrain d’hurler à coté d’un panneau où il est écrit en chinois et en anglais : PLEASE QUIET! Il y a même une petite image pour les illettrés de son genre. Bref, il est temps de se sauver…

panda4

Voilà, le reste de la journée je la passe à me promener dans la ville et fais un détour par le Carrefour qui propose des produits importés! Je mets sur pause et me fait plaisir!! Pain (ok pas vraiment de la baguette), chocolat (du français mais quand même), fromage (de la vache qui rit et du président en tranches), des céréales (les suisses étant à 10 CHF le paquet j’abandonne cette idée) et du lait (EMMI!). Niarf je dépense en 1 fois mon budget nourriture d’une semaine 🙂

Je me dirige maintenant en direction des Tiger Leaping Gorge. Je ne vous en dis pas plus, mais vous donne rendez-vous sur un prochain article!

A+

Articles similaires

1 commentaire

  1. Dernier stop en Chine |
    10 janvier 2015 at 16 h 37 min Répondre

    […] 1,3 milliards de chinois, et moi et moi et moi! […]

Laisser un commentaire