• vendredi, 24 novembre 2017
A cheval dans les plaines tibétaines

A cheval dans les plaines tibétaines

Un de mes temps forts en Chine fut le trek à cheval que j’ai effectué autour de Tagong, ville située dans la préfecture autonome tibétaine de Garzê dans le Sichuan au sud ouest de la Chine. Compris?

En ce mercredi 24 septembre, je me trouve toujours avec Lucie, la voyageuse/blogueuse que j’ai rencontré à Datong quelques jours auparavant. Nous prenons un bus de Chengdu qui nous emmène d’abord à Kangding, ville de 100’000 habitants à une altitude de 2600m pas très très accueillante. Après avoir manqué notre premier bus, nous apprenons que le trajet sera plus long car la route normale est bloquée et que, pour ça, il faudra rallonger de quelques yuans le prix du billet… pardon? Ben oui en Chine, si ton moyen de transport doit faire un détour, il ne s’excuse pas de te rallonger ton trajet de 2h pour l’amener à 9h, il te fait payer un supplément… va comprendre…!

Souvenez-vous lorsque je vous disais que j’avais eu de mauvaises expériences en Chine, en voilà la preuve.

Bref, après ces quelques heures passées sur des routes déconcertantes, nous arrivons à destination, enfin plutôt à la station de bus. De là, notre logement se situe en hauteur dans la ville et à environ 1h de marche. Nous décidons donc de prendre un taxi. Après 4 essais non concluants, nous nous résignons à tenter une 5ème fois et marchons. Souvenez-vous lorsque je vous disais que j’avais eu de mauvaises expériences en Chine, en voilà la preuve. Les chauffeurs de taxis nous ont tous littéralement envoyé « voir ailleurs » pour rester poli. Pourquoi? Car il faut lire une carte, parce qu’ils ne parlent pas anglais et ne veulent pas nous aider.

Après 45 min et une bonne montée à la fin, nous arrivons à l’hôtel Zihlam, un lieu très charmant tenu par un ancien guide et parlant parfaitement anglais. On fait la connaissance d’une Belge et d’une Australienne avec qui on partagera la voiture qui nous emmènera à Tagong le lendemain.

La route pour aller à Tagong est, dans l’ensemble, pas si mauvaise et je franchi pour la première fois de mon existence (on laisse de coté l’avion hein) l’altitude de 4000m! youhou! Sur le chemin, nous passons par l’aéroport de Kangding qui est le 2ème aéroport le plus haut du monde (4280m), oui rien que ça !

Aéroport Kangding

Nous arrivons dans une petite ville perdue au milieu des steppes du plateau tibétain et nous nous rendons chez Angela Guesthouse, un endroit très chaleureux. Nous faisons un petit tour dans les parages, histoire de voir d’un peu plus près à quoi ressemble Tagong. La nuit tombée, c’est avec une veste et un bonnet que nous sortons souper. Oui on est à 3800m… Après avoir réservé notre trek de 3 jours à cheval, nous allons nous réchauffer autour du poêle en compagnie de 2 Israéliens, une banane et un chocolat chaud! Oui un chocolat chaud!! Avec du lait dedans! Un pur moment de plaisir! Et la banane me direz-vous? Qu’est-ce qu’elle vient faire là au milieu?? He bien une banane est une Asiatique Américaine! 😀 Jaune à l’extérieur et blanc à l’intérieur! 😀 N’y voyez là aucun propos raciste… C’est elle-même qui s’est affirmée ainsi! Après ça on saute dans nos lits où on avait pris la peine d’enclencher le matelas chauffant quelques instants avant! L’isolation étant ce qu’elle est.

guesthouse tagong

Tagong nb

Moulin à prière nb

chien nb

chaises nb

11 heure le lendemain matin, nous faisons la connaissance de notre guide, un nomade très sympa qui ne parle malheureusement pas anglais mais avec qui nous aurons tout de même beaucoup de plaisir à partager ces 3 jours. Nous nous dirigeons vers la sortie du village où nous attendent nos trois canassons. Etant un grand ami des animaux, en les voyant, j’ai un pincement au coeur… ils n’ont l’air ni heureux, ni très en forme.. et ça se confirmera par la suite.

Nous marchons à travers une vallée pour arriver à notre premier stop lunch. Une cabane en pierre. Nous sommes accueillis avec un large sourire, les Tibétains étant des gens absolument adorables! Nous dinons une soupe de légumes avec du tofu (vous remarquerez la mythique fourchette faite devant nous!) puis nous discutons, avec des gestes, quelques mots, des regards… C’est une atmosphère très relaxante et même si on ne se comprend pas toujours, on prend du plaisir à partager ces moments. On nous sert pas un coca avec ça mais un thé au beurre de yack! Et franchement, c’est pas mauvais!

maison pierres

intérieur maison pierres

premier repas

Quelques instants après, on remonte sur nos chevaux et on grimpe sur une bute afin d’avoir une vue magnifique à 360° sur des sommets enneigés (certains à plus de 7000m) et les plaines tibétaines. Une vue à couper le souffle! La descente se fera, elle, à coté du cheval… oui, il faut les ménager aussi…

premier jour bute

panorama

mon cheval

moi et mon cheval nb

Nous passerons la nuit dans une vrai demeure nomade tibétaine. C’est-à-dire une tente noire tendue au milieu de…rien! Ha si, de dizaines de yacks! A l’intérieur de la tente on y trouve tout le confort qu’on pourrait avoir à la maison! Canapé-lit, cuisinière, petit coin douche… la classe!

tente nomade

Mais oui… et la marmotte elle met le chocolat (chocolat??)…. vous l’aurez compris, c’est spartiate! Et c’est comme ça qu’on l’aime! Sous la tente il y a : un feu au milieu et du commerce autour, et aussi une dizaine de bébés yacks! Et quand il se met à pleuvoir, ben on fait au mieux pour couvrir les trous! Et franchement, on aurait beaucoup à apprendre de ces gens-là! On se trouve donc dans la famille de notre guide. Pendant que sa femme nous prépare un succulent souper, je profite de monter sur une colline pour voir le coucher du soleil. J’aurais du revoir mon optimisme à la baisse… J’estimais à 10 min la montée, j’en mettrai finalement 30. Oui on est à 4000m et on monte pas à la même vitesse qu’on monterait à la Jacoterie 🙂 (pour ceux qui connaissent). Bien que le soleil soit derrière la montagne, c’est tout de même très beau!

plaine rivière

moi cheval

On prend le repas autour du feu avec les parents, les trois enfants et les 10 petits yacks. C’est des moments comme celui-là qui me font adorer mon voyage. C’est un vrai dépaysement et je dirais même une petite leçon de vie lorsqu’on voit leur façon de vivre. Et en plus c’est absolument excellent ce que nous mangeons : des dumplings fourés au fromage de yack et quelques herbes.

Dumplings

Après ça, on prend un bain chaud, on regarde un moment la télé et on va se coucher. Bon ok, on va juste se coucher. A 20h. A même le sol. Et il fait froid. Et les bébés yacks font du bruit. Et c’est en pente. Et c’est humide. Et il fait froid. Ha non ça je l’ai déjà dit. Mais il fait vraiment froid!! Bref, c’est pas exactement la nuit à laquelle je m’attendais mais au moins, je me rends vraiment compte du confort que j’ai chez moi et j’arrêterai de me plaindre quand mon matelas sera trop mou et mon coussin trop dur!

bébés yacks

intérieur tente nomade

Le lendemain matin on a droit à un déjeuné fait de ?? ouiii beurre de yack, farine (de yack? ha non…) et thé au lait de yack. Mais Que c’est bon!! J’ai malheureusement oublié de demander la recette pour vous. Mais en gros, on prend le beurre, on le malaxe avec la farine puis on ajoute le thé. On saupoudre le tout de sucre et on utilise ses doigts pour amener le tout dans sa bouche! C’est simple mais tellement excellent. On reprend la route et on arrive dans une nouvelle famille nomade pour le lunch. On est chez le mari d’Angela, la dame qui tient la guest house où nous logeons à Tagong.

enfant Lucie

On assiste au nourrissage des yacks : incroyable! le far west! Une personne s’occupe d’attraper un yack au lassot puis ensuite une autre maintient la bouche du yack ouverte et enfin une troisième y verse 200g de sel et prend une gorgée d’un liquide inconnu qu’il crache ensuite dans la bouche du yack. Un vrai spectacle pour nos yeux, une réalité de tous les jours pour eux. On prend le repas avec eux et on a même le droit à un dessert : un yaourt à base de..? Lait de yack et du sucre!

yacks nourrissage

yacks nourrissage 2

…et comme nous sommes les seuls et uniques étrangers dans le coin, on a également le droit à des dizaines de « hello », « tashi delek », des sourires, des photos, des poignées de mains…

On continue notre chemin à travers le plateau tibétain avec des sommets au loin culminant à plus de 7000m… C’est difficile de décrire ces décors et même les photos ne peuvent pas rendre entièrement les paysages que nous traversons.

lac cheval

moi bute vue pano

Gyergo village

Après 3h, nous arrivons dans le village de Gyergo où se trouve une Nunnery ou, en français un couvent. Il y a un monastère, une école pour moines et pour nous, une fête! Bon c’est une coïncidence mais on a la chance de pouvoir assister à des danses traditionnelles, et comme nous sommes les seuls et uniques étrangers dans le coin, on a également le droit à des dizaines de « hello« , « tashi delek« , des sourires, des photos, des poignées de mains… Un moment très chaleureux!

Nunnery

monastère

tibétains

tibétains 2

cerf

Ce soir on dort dans une petite maison avec des semblants de lits 🙂 On arrive là, notre guide nous préparait déjà à souper… what else? Petite parenthèse toilettes (j’ai pas pris de photos). Les maisons de ce village ne sont pas munis, ou en tout cas pas toutes, de WC. Du coup, tout le monde se rend dans la même cabane en béton. Un moment très amical que vous partagerez avec vos voisins de droite et de gauche car il n’existe aucune séparation entre chaque trou. Oui c’est pas des toilettes, mais juste un trou. Bonjour les odeurs, mais l’avantage c’est qu’ il n’y a pas besoin de jouer au Candy Crush ici pour se passer le temps, on peut discuter !

Nous montons aujourd’hui à une altitude de 4300m. Mon cheval obtiendra le surnom de « boulet » car bien entendu on marche à coté pour grimper, ce qui est normal, mais en plus de ça, je dois le tirer! Bon, vu son état dès le départ, je ne peux pas lui en vouloir et je l’aime quand même… On s’arrête prendre le repas au bord d’un lac avec une vue superbe sur des sommets enneigés en arrière plan.. pfffiouuuu…. ça en jette comme on dit! 🙂 Le repas aussi : vache qui rit, pain, champignons épicés… Après ce moment détente, il est temps de repartir pour rentrer à Tagong.

DCIM100GOPRO

lac

lac chapeau guide

Et ils ne sont pas malheureux pour autant!

Ce trek de 3 jours aura tout bonnement été superbe. Découvrir des paysages magnifiques, des gens qui le sont tout autant, se balader à travers les prairies, au milieu d’animaux en liberté, goûter aux mets traditionnels… Cet aperçu de leur vie m’a permis, encore une fois, de me rendre compte de la chance que nous avons de vivre en Suisse où tout est simple. Eux vivent avec le stricte minimum et parfois bien moins que ça… Et ils ne sont pas malheureux pour autant! On a vu des sourires sur tous les visages des enfants et nous avons toujours été accueillis les bras ouverts! Ce fut donc une expérience vraiment magique! Bref, le Tibet, ou en tout cas tout ce qui y appartient (car je n’y étais pas vraiment sachant qu’on me demandait CHF 2000.00 pour une semaine tout compris pour y aller), j’ai adoré!

enfant nb

Une dernière petite anecdote pour clore ce post, après je vous fiche la paix. En redescendant de Tagong en direction de Kangding, nous avons été stoppé durant une quinzaine de minutes à la hauteur de l’aéroport. Je sors de la voiture pour voir ce qui se passe mais sans succès. Un Chinois s’approche de moi et on commence de discuter. Il me demande d’où je viens. Je lui réponds puis il me demande, où en Suisse, Basel? Je lui réponds que non mais environ 30 min à l’ouest. Et là il me sort : Jura? J’ai cherché la caméra cachée! Quoi vous connaissez?? Oui, on a passé quelques jours à Delémont, ma femme est Bâloise! J’ai trouvé ça génial! Quelles sont les chances de rencontrer un mec habitant Tagong étant déjà allé à 10km d’où je vis? Un beau moment 😉

La suite et la fin du trajet ? Elle est écrite dans le post du résumé de mes 4 mois sous « galère qui n’en finit pas… » ! Et en relisant mes notes maintenant, je me rends compte que j’ai oublié de raconter la première partie de la galère… Celle où on se fait balader par tous les chauffeurs de taxi à Kangding. Mais je vous passe les détails.

trek cheval nous 3

Toujours en direct de la Thaïlande, je vous dis à bientôt!

Yannick

Articles similaires

2 Comentaires

  1. Lucie A.
    19 décembre 2014 at 19 h 57 min Répondre

    Très joli post et jolie photo dans la tente, merci!

  2. Un trek à cheval au Tibet et en Chine
    8 mai 2016 at 2 h 25 min Répondre

    […] ne pas découvrir le billet et le point de vue de Yannick sur notre trek? Cela reste pour moi l’une des plus belles aventures de mon tour du monde et […]

Laisser un commentaire