• samedi, 23 septembre 2017
Ce petit pays qu’est l’Equateur

Ce petit pays qu’est l’Equateur

Salut à tous! Je vous écris aujourd’hui de la Colombie où j’y suis arrivé le 14/07/15!

Après 10 magnifiques jours passés sur les îles Galápagos en compagnie de Line et Malik, j’ai donc pris un avion en direction de Guayaquil, la capitale économique de l’Equateur, située au sud ouest du pays.

Je ne m’y suis arrêté qu’un seul jour car il n’y a franchement pas de quoi y passer plus de temps. J’arrive en début d’après-midi, attrape un taxi depuis l’aéroport pour me rendre à mon auberge de jeunesse. Sur internet et sur certains guides, on peut y lire que cette ville est contournée par les voyageurs car elle est réputée pour être la plus dangereuse d’Equateur… Je fais la connaissance de deux autres voyageurs avec lesquels on se rend sur Malecon 2000, qui est une sorte de Promenade des Anglais de Nice ou une bordure de rivière aménagée plus ou moins pour les touristes. Mais soyons honnêtes, il n’y a rien à faire. On en boit juste une petite et ensuite on part souper en ville. Alors dangereuse? On ne s’est jamais sentit menacé en tout cas! Comme à Quito, il y a une présence policière très accrue et si on ne se rend pas n’importe où on ne risque rien… ou du moins pas grand chose… (mais tout réside encore dans la définition de « pas grand chose »!)

Le jour suivant, avec Alex on part explorer un peu la ville. On se rend d’abord dans un musée et là, première fois que ça m’arrive, on est carrément escorté par un garde pour nous rendre d’une salle à l’autre! Si ça c’est pas être en sécurité! Bon comme le musée est consacré à des peintures de Jésus et de tout ce qui tourne autour du Christianisme et qu’Alex est motivé à continuer d’en visiter, on se sépare pour le reste de la journée. Je pars donc visiter la ville, sans carte, juste en zonant…

Il y a tout de même de très beaux bâtiments et également un parc rempli d’iguanes en totale liberté.

DSC02535

DSC02516

DSC02533

DSC02522

Puis je pars en direction de Las Peñas, un quartier historique qui surplombe la ville.

On peut également grimper en haut d’un phare pour mieux apprécier la vue.

DSC02570

Las Peñas regroupe beaucoup de maisons très colorées anciennes et rénovées. Beaucoup d’entres-elles sont transformées en galeries d’art. Et voilà pour cette journée de transition.

DSC02541

Le matin suivant je pars au terminal terrestre prendre un bus pour Cuenca. Jusqu’à maintenant, que ce soit en Asie ou même à Quito, le terminal de bus ressemblait plus à quelques guichets et des bus à gauche à droite. Ici, on entre dans un énorme centre commercial qui fait également office de terminal de bus! Il y a des dizaines de guichets et des dizaines de compagnies, à moi de trouver la bonne! 5min plus tard, j’ai mon billet en poche pour Cuenca. Départ dans 30min, deux étages plus haut. Oui car c’est tellement énorme que les bus partent sur trois étages..!

Pour faire simple, tu pars de 0m et 2h30 plus tard tu te retrouves à 4100m…

Cuenca

Guayaquil se trouve au niveau de la mer, Cuenca se situe à 2530m, mais pour y arriver il faut grimper jusqu’à 4100m, le tout en 4h. Pour faire simple, tu pars de 0m et 2h30 plus tard tu te retrouves à 4100m… Je croyais que ma tête allait exploser, surtout après être resté pendant plus d’une semaine au niveau de la mer… Un bon mal de crâne m’accompagnera donc durant toooouute la journée!

Cuenca se trouve au sud du pays et est la troisième plus grande ville d’Equateur avec 500’000 habitants. C’est une très charmante ville coloniale  avec des rues pavées, beaucoup d’églises et de places (et d’habitants peu communs).

DSC02575

Elle possède aussi un coté moderne avec ses nombreux bars, restaurants, cafés ou encore galeries.

DSC02586

DSC02609

Parc national Cajas

A Cuenca, je rejoins Jonas avec qui j’étais à Quito pour quelques jours. On passe notre temps à se promener dans les rues et dans les parcs. Le lundi 22/06 on se rend au terminal de bus pour en prendre un direction le Parc National de Cajas. C’est un parc où se trouvent une multitude de lagunes et qui se trouve à 4000m d’altitude.

C’est d’ailleurs par là que je suis arrivé depuis Guayaquil. La météo du jour est pas cool… Il pleut, il y a beaucoup de vent et surtout il fait froid! En même temps on est en montagne à plus de 4000m…! On se rend tout d’abord au centre d’informations afin de s’enregistrer puis de savoir quel sentier on peut emprunter. On nous en conseille un qui prend environ 5h. Après 3km à marcher sur la route, on emprunte enfin un sentier qui part autour des lagunes! Comme il ne fait que rarement beau dans ce coin, le chemin est très boueux et très glissant…

DSC02652

Le paysage est vraiment superbe, on voit deux renards et même, attention!! un…lapin!! yeeaaah 😀 Une belle balade malgré une météo capricieuse qui se sera tout de même un peu améliorée dans l’après-midi.

DSC02678

DSC02699

DSC02716

5h plus tard on arrive de nouveau sur la route et on saute dans le premier bus qui rentre à Cuenca. On se permet un bon capucchino puis on rentre.

Baños

Après quelques jours à Cuenca, on se dit aurevoir avec Jonas pour un petit moment. Lui part en direction du sud alors que moi je pars vers le nord. On se retrouvera peut-être plus tard dans un autre pays! Je prends donc un bus pour Baños, un petit village situé au creux de plusieurs montagnes verdoyantes à une altitude de 1800m. Il est réputé comme étant la capitale équatorienne des sports d’aventure. On peut en effet y pratiquer du rafting, escalade, saut à l’élastique, canopy, vtt, etc. Mais aussi pour ses bains thermaux (Baños en espagnol signifie bains ou toilettes) chauffés par le volcan situé à quelques kilomètres de là. Il est d’ailleurs possible de l’observer cracher de la fumée et même parfois en voir la lave couler car il est en activité. Et comme il se trouve très proche de la ville, on retrouve partout des signalisations d’évacuation en cas d’éruption!

DSC02729

Après un trajet de 7h et deux bus dont le premier jusqu’à la ville d’Ambato puis le deuxième jusqu’à Baños, j’arrive, encore une fois, sous la pluie… Je marche jusqu’à ma guesthouse puis y reste l’après-midi car il tombe des cordes. Je vais pas décrire chaque jour que j’ai passé là car pour ne pas tourner autour du pot, il a plu 5 jours sur les 6 où j’ai été là… Mais pourquoi je suis resté si longtemps là alors vous me direz.. Ben tout simplement car le seul jour où il a fait grand beau a été le 4ème et j’avais absolument envie de faire du vtt et pas sous la flotte! Bon le deuxième jour on s’est rendu avec quelques autres à la casa del arbol où se trouve la balançoire de la fin du monde! Peut-être avez-vous déjà vu cette photo d’une personne faisant de la balançoire avec une vue imprenable et un vide considérable sous elle? Si ce n’est pas la cas, voilà à quoi cela ressemble :

casa arbol

Et voilà maintenant à quoi cela ressemblait quand nous y sommes allés :

Pas mal hein! Il pleuvait sans intermittence, il y avait du brouillard et du coup impossible de savoir ce qu’il y avait en face… Schade!

Le seul point positif avec le vilain temps, c’est qu’il est toujours bon d’aller se fourrer dans un restaurant et d’y passer du bon temps! Et y’a un resto vous savez comment il s’appelle?? Le Swiss Bistrot!! Autant dire que j’ai pas manqué d’y aller et surtout d’y retourner! 😀 Le premier soir, je me suis offert des röstis à la zürichoise! Quel régal!! J’avais réservé le deuxième repas pour une occasion spéciale!

Sur 6 jours j’allais quand même pas resté tous les jours les bras croisés à attendre que le soleil pointe son nez! Alors on enfile ses chaussures de marche, son imper et on part marcher. Je gravi les centaines de marches jusqu’au point de vue de la Vierge, sur les hauteurs de la ville. Epuisant mais la vue est sympa.

DSC02735

Puis je continue ma montée en direction du haut de la montagne pour rejoindre un autre point de vue mais j’arrive en pleine purée, je vois pas à 2m, j’ai du mal à trouver le chemin, il pleut et la nuit va pointer le bout de son nez 1h30 plus tard… j’hésite longuement car j’ai sué pour arriver jusqu’ici! Mais bon soyons raisonnable et redescendons par le même chemin.

Arrive enfin le seul jour où le temps a été agréable! J’ai pu faire l’activité dont je me réjouissais le plus 🙂 Après le p’tit déj, je suis parti loué un vtt et je suis parti faire la route des cascades. Sur 15 km, en direction du Puyo, on peut observer plus de 40 cascades et également faire de la tyrolienne ou comme ils l’appellent ici, de la canopy!

DSC02751

La différence est qu’on est en mode superman au dessus du vide! Alors bien entendu il fallait que j’essaie! Je pose mon vélo, enfile tout l’équipement et c’est parti pour 2min de vol! De belles sensations mais pas assez pour avoir les guilis au ventre… 😉

Je continue ma descente jusqu’à el Pailon del Diablo, une cascade avec un débit de fou! Ce qui la rend encore plus incroyable c’est qu’il y a un petit chemin qui descend le long et qui permet de s’en approcher à quelques mètres. Bon autant le dire, on hésite à deux fois avant de sortir son appareil photo, à moins qu’il soit étanche!

DSC02757

En moins de 10 secondes on est trempé jusqu’aux os..!

Pour les plus courageux, il y a une sorte de sentier creusé dans la roche où il est nécessaire de ramper pour arriver jusqu’à la sortie qui donne carrément dans la chute! A ce stade là, on peut toucher l’eau mais il y a une telle puissance qu’on le fait pas, par peur de se faire arracher un bras!

Vraiment je pèse pas mes mots et je pense qu’au niveau chutes d’eau, avec toutes celles que j’ai vues, je suis plus un novice maintenant 🙂 Mais là, pas au niveau beauté mais uniquement force, celle-là gagne haut la main!

Comme je le disais avant, la route depuis Baños jusqu’ici est longue de 15km et descend plus ou moins tout le long. Le 98% des gens qui la font en vtt remontent avec des camions prévus à cet effet mais moi je suis un radin car il faut payer entre 3$ et 5$ (dépend du nombre de personnes à bord). Alors je me remets en route et remonte à Baños en vtt! 😀

Comme le temps est dégagé, je remonte un bout au point de vue de la Vierge pour profiter de la vue.

DSC02773

Je continue de me promener dans la ville et là j’assiste à une autre activité, le saut pendulaire depuis un pont. Lorsque je vois comment les personnes qui le font sont maltraitées lors du saut, ça me dissuade tout de suite! Non pas que j’ai peur hein! D’ailleurs j’ai prévu de sauter à l’élastique depuis le pont de Goldeneye dans le Val Verzasca au Tessin pour mes 30 balais! Ce qui représente tout de même 220m de haut… 😀 Mais ça c’est pour l’année prochaine… 🙁 En attendant je suis encore en voyage et le soir arrive!

…prenez une grosse casserole, faites bouillir de l’eau à l’intérieur, insérez-y plein de patates…

Le soir arrivant justement, afin de détendre les muscles, je vais faire un tour dans les bains thermaux. Histoire de bien avoir l’air de rien, tout le monde doit porter un bonnet de bain (histoire d’hygiène je pense)… Ben niveau hygiène j’ai trouvé que ces bains étaient plus une bassine de microbes qu’autre chose.. C’est over crowded! Et puis certains doivent y venir pour prendre leur douche mensuelle! Pour imager la scène, prenez une grosse casserole, faites bouillir de l’eau à l’intérieur, insérez-y plein de patates et c’est plus ou moins à quoi ça ressemblait! 😉 Pas très appétissant quand tu remplaces les patates par des bouts de viande hein… bref je m’y attarde pas! Dommage car le spot avec la cascade derrière est vraiment beau! Je rentre, me change et repars souper. Tu te souviens du Swiss bistrot? J’ai dit que j’allais y retourner pour un occasion spéciale! Après une journée de vtt, des bains thermaux et sous une pluie battante, quoi de mieux qu’une bonne fonde?? Après la fondue thaïlandaise, cambodgienne et australienne, la fondue équatorienne! Un délice individuel rien que pour moi! Je me régale encore une fois et j’espère que ça sera pas la dernière. 🙂

fondue_banos

Tena

Après Baños, j’avais décidé d’aller dans le petit village de Misahualli, pour y voir des singes mais c’est finalement dans la ville de Tena que je me rends. Elle se trouve très proche de la forêt amazonienne et le climat y est donc chaud et humide. Je reste là deux jours pour y pratiquer une des activités principales : le rafting! Cette région est réputée dans le monde pour avoir des rivières spectaculaires pour ce genre de sport. En 2005, elle a d’ailleurs accueilli les championnats du monde de rafting! Après avoir fait le tour de quelques agences qui me disent toutes qu’il n’y a pas assez de monde pour remplir un bateau (la route Quito-Tena est coupée depuis plusieurs jours en raison des éboulements de terrain et ce qui doit normalement prendre 6h de bus se transforme en 13h donc les gens ne viennent pas…), j’arrive à la dernière qui me dit qu’il reste une place pour le lendemain avec des rapides de classe IV. Sans perdre une minute, je réserve ma place et rentre me reposer pour cette journée qui s’annonce forte en émotions!

Le soir je vais manger un énorme souper fait de riz, avocat, légumes, le tout pour 2$ avec Nico, un Français rencontré à la guesthouse.

Le lendemain j’ai rendez-vous à l’agence et rencontre mes coéquipiers de bateau : une famille d’Américains avec 3 gamines de 11-17 ans  (complètement folles) et Maeva, une voyageuse Française. On monte tous dans une jeep et on se déplace jusqu’au point de départ. Là on marche encore 40 min sur un chemin boueux et glissant jusqu’à la rivière. On tombe sur une gentille fourmi qui, si elle te pique, ça fait très, très mal! Mais si y’en a 3 qui te piquent, ça fait plus très mal parce que t’es mort (ou t’as des grandes chances de l’être en tout cas!).. ouais rien que ça!

DSCN1014

On reçoit quelques instructions de sécurité et on monte dans le bateau. Le panorama est tout simplement magnifique et on ne cesse de le répéter tout le long… On est dans la jungle entrain de faire du rafting!

DSCN1023

Des cascades qui ont l’air totalement artificielles tellement elles sont belles,

DSCN1150

des couleurs superbes, des ponts suspendus comme ceux qu’on voit dans Indiana Jones et sans oublier le principal : des rapides de fou!

DSCN1149

DSCN1059

On s’arrête dans certains spots pour sauter depuis des ponts dont un de 15m, et de rochers. Et quand je disais que les gamines étaient folles c’était pas par hasard! Quand t’as 11 ans et que tu tentes un backflip depuis un rocher, t’es pas comme les autres quoi! 😉 J’ai demandé pour les adopter mais les parents ont pas voulu.. 😀

DSCN1147

La journée a été excellente, malgré les dizaines de piqures de sandflies, des saloperies qui procurent des démangeaisons 100X pire que celles des moustiques! Il est ensuite temps de rentrer pour emballer toutes les affaires car le lendemain il faut se lever à 6h car le bus pour Lago Agrio est à 7h.

Lago Agrio sera le point de départ du séjour que je vais passer dans la jungle amazonienne, dans la réserve de Cuyabeno, proche de la frontière colombienne. Après 7h de bus à travers des paysages verdoyants, j’arrive dans cette petite ville sans aucun charme ni activité à faire. Je me contente de mettre à jour les informations pour vous et that’s it!

Jeudi 02/07, je monte dans un bus pour Cuyabeno pour passer quelques jours au milieu de la forêt tropicale. Pour en savoir plus, il faudra patienter un peu!

A bientôt pour mes aventures amazoniennes!

Yannick

Articles similaires

Laisser un commentaire